Publié le 12.04.2022 | Texte: Arnaud De Sutter

En avril, Z33 consacrera ses salles à l’extraction et à son impact désastreux sur l’environnement. Avec Charging Myths, le collectif d’artistes belgo-congolais OnTrade-Off cartographie les conséquences sociales profondes de l’extraction du lithium en République démocratique du Congo et l’influence de l’économie globale sur l’instabilité locale. BC Architects se penche sur un problème similaire dans Same Same but Different, mais aborde la vaste question de l’exploitation d’un point de vue architectural.

BC voit l’architecture comme un game-changer, dans la mesure où cette discipline a un énorme impact sur notre environnement et peut changer la donne. L’agence défend une gestion responsable des matières premières et explore les techniques permettant d’y parvenir. Comme l’utilisation durable des matériaux ne suffit pas à elle seule à créer une architecture durable, BC tente de modifier le processus de construction. En questionnant le rôle de l’architecte et des autres acteurs et en augmentant l’influence des parties prenantes dans un processus participatif, on fait bouger l’ordre établi. L’agence veut montrer qu’en principe elle ne fait rien de neuf, mais qu’elle (ré)introduit des procédés connus dans la culture de la construction occidentale.

L’exposition permet à BC de présenter son expertise en matière de prototypage et de création de matériaux, inhérente à la quête d’une industrie de la construction circulaire. Elle présente trois projets liés chacun à un thème, du point de vue d’une caractéristique donnée : l’origine des matériaux de construction. Il s’agit du geo-sourcing, de l’urban-sourcing et du bio-sourcing, respectivement mis en œuvre pour Woodstock, Usquare et Atelier Luma. Les matériaux occupent donc une place de premier plan dans l’exposition.

Le premier de ces projets est un logement de vacances au bord d’une rivière dans le sud de la Belgique. Trois « cellules » en pierre naturelle seront édifiées parallèlement à la berge, et, entre celles-ci, une structure circulaire de poutres en bois. Le choix des matériaux utilisés est clairement inspiré par l’environnement. BC a posé la structure en bois sur des colonnes, afin que la nature puisse s’approprier librement l’espace sous l’habitation. Un geste qui indique que l’agence intègre également le contexte non humain dans ses projets.

Le second projet, Usquare à Ixelles, porte sur la reconversion d’une ancienne caserne de gendarmerie, un projet qui vient grossir la liste toujours plus longue des réaffectations du patrimoine militaire urbain. Davantage que les autres, ce projet mise sur une mixité programmatique et une circularité avancée. Le nouveau hub abrite des instituts universitaires de recherche et d’innovation, ainsi que des résidences, et encourage l’interaction publique en ouvrant sur la ville un site autrefois fermé sur lui-même. La ville devient littéralement partie intégrante des bâtiments, vu que l’approche urban-mining permet d’utiliser les déchets des chantiers de construction pour créer de nouveaux matériaux.

Atelier Luma est une spin-off de Luma, un centre d’art à Arles. Il a notamment pour but de collecter les connaissances sur les ressources naturelles de la région autour de la ville grâce à la recherche par le projet et à les diffuser dans le public. Le dernier projet de la trilogie est la rénovation d’une ancienne halle ferroviaire pour abriter l’Atelier. L’agence BC a utilisé plus d’une dizaine de matériaux différents généralement considérés comme des déchets, principalement des sous-produits de l’agriculture et de l’exploitation minière. Toutefois, l’exposition se concentre davantage sur ceux d’origine biologique, afin de maintenir une distinction claire avec les autres projets.

Dans la continuité de ses propres activités, BC a entamé un partenariat avec le programme de post-graduat Build Beyond Borders de l’Université de Hasselt, le Same Same but Different Lab. Ce laboratoire étudie de nouveaux systèmes d’extraction dans la construction, basés sur des matériaux régénératifs et sur l’urban-mining. Au cours de l’expo à Z33, un programme public porté par ce laboratoire se déploiera dans un quatrième espace.

Same Same but Different, le titre de l’exposition, peut s’interpréter de différentes façons. D’une part, il correspond à la vision de l’agence évoquée précédemment quant à son fonctionnement, comme une ré-implémentation de techniques et processus anciens. D’autre part, il illustre la philosophie ou l’approche qui a été répétée dans les trois projets présentés, le contexte dans lequel ils se déroulaient étant la plus grande différence entre eux. Cette exposition peut également être considérée comme une suite de The Act of Building, l’installation de BC présentée à la Biennale d’architecture de Venise en 2018. Au-delà d’aborder avec pertinence les mêmes problématiques, le bureau utilise uniquement des projets dans le cadre européen pour illustrer son propos. Il est évident que construire autrement est également possible en Occident.

À lire également

Inscrivez-vous à notre newsletter