Publié le 26.10.2022 | Texte: Lisa De Visscher - Rédactrice en chef A+

Avec La Vie en Kit, Elodie Degavre part sur les traces de trois figures belges méconnues, mais dont les esprits ont pourtant tenté de forger l’habitat de notre pays dans les années 70, et dévoile des pistes de réflexion sur le logement et le vivre-ensemble d’hier et d’aujourd’hui. À une époque où le logement est en crise et le bâti questionne plus que jamais, ce film soulève avec finesse des questionnements cruciaux tout en ouvrant ces imaginaires à tout un chacun.

Les architectes Jean Englebert, Paul Petit, Lucien Kroll et son épouse Simone, rêvent alors de concevoir un habitat léger et évolutif, dessiné ou construit par les habitants. Ils sont les auteurs de trois utopies, prototypes prometteurs d’une architecture accessible et adaptable à toutes et tous. La Mémé (Maison médicale), conçue par Lucien Kroll, s’élève en 1976. Dans cet immense organisme abritant des centaines d’étudiants en médecine à Woluwe, chaque kot est délimité par des cloisons que l’on peut déplacer à sa guise. Ailleurs, dans les Ardennes, une quarantaine de maisons industrialisées en bois, de l’architecte liégeois Jean Englebert, sont construites selon le système Patze-Englebert entre 1968 et 1983. D’allure japonaise, elles sont à géométrie variable, l’habitant commandant – et parfois dessinant lui-même – sa maison « par tranches ». A Marcinelle, imaginé comme un meccano par Paul Petit, le Sart Saint-Nicolas, un projet de 14 maisons en acier, voit le jour en 1978. Ayant pour ambition de relancer l’industrie sidérurgique wallonne, les futurs habitants du Sart allaient être les principaux protagonistes de ce jeu de construction à grande échelle.

Elodie Degavre : « Si j’ai choisi de parler de ces trois expérimentations architecturales menées par des pionniers, c’est bien parce que leurs idées résonnent avec notre monde actuel : habitat accessible, construction légère, construction réversible, collectivité, ressources locales… autant de sujets brûlants aujourd’hui. Le film, optimiste, intimiste et énergisant, invite le public à se questionner sur son propre environnement bâti. »

Le film ravive une époque foisonnante : il montre l’énergie communicative, espiègle et politisée des années 1970, par l’usage d’archives télévisées inédites et par la mise en scène d’archives graphiques et photographiques jamais exhumées jusqu’ici.

La Vie en Kit
69 minutes
Langue originale : français, sous-titres anglais
Réalisation : Elodie Degavre
Produit par Playtime Films (Isabel de la Serna)

Agenda
BAFF Brussels International Art Film Festival
12.11.2022 – Bruxelles (Cinematek)
13.11.2022 – Mons (Plaza Arthouse)
13.11.2022 – Anvers (De Cinema)

Diffusion à la télévision
RTBF – La Trois (Fenêtre sur Doc) 19.11. 2022

À lire également

Inscrivez-vous à notre newsletter
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.