Publié le 10.04.2019

Décerné tous les deux ans, l’EU Mies Award est l’un des prix les plus prestigieux du monde de l’architecture. Pour cette édition 2019, 383 projets répartis dans 38 pays ont été nominés. Une première sélection de quarante projets a été opérée, dont cinq – parmi lesquels deux bureaux belges – qui se sont rendus en finale.

Cette année, le jury a décidé de récompenser le projet ‘Grand Parc’, situé à Bordeaux. Il s’agit de la transformation d’un immeuble de logements datant des années 1960. Au lieu de démolir le bâtiment, les architectes Lacaton & Vassal, Frédéric Druot et Christophe Hutin ont décidé d’adapter le bloc existant en y ajoutant des extensions. De cette façon, les résidents – qui ont pu rester dans le bâtiment tout au long de la rénovation – profitent d’un espace plus grand, d’une luminosité plus généreuse et d’une vue plus dégagée. Selon Dorte Mandrup, architecte danoise et présidente du jury, le projet se distingue par sa capacité d’adaptation et sa générosité. “This transformation is a clear case of clever re-use. It pushes the boundaries of the way of thinking about architecture and sustainability. It sets new agendas.”

Mandrup reconnait que le choix n’a pas été facile pour les membres du jury, en effet, une délibération de cinq heures a été nécessaire avant de choisir le gagnant.

Les deux finalistes belges, 51N4E, avec la place Skanderbeg à Tirana [voir A+274] et architecten de vylder vinck taillieu avec Caritas à Melle [voir A+261] avaient d’ailleurs toutes leurs chances et ont fini respectivement deuxième et troisième.

Il s’agit dans les deux cas, tout comme Grand Parc, de projets de transformation d’un lieu existant. En effet, Skanderbeg était autrefois une place assez banale utilisée à des fins militaires, que 51N4E a transformée en un espace ouvert incluant un parc, destiné à tous les habitants de la ville de Tirana. Le projet Caritas, quant à lui, est le résultat créatif de la réhabilitation d’une villa en un centre de soins psychiatriques. Lors de la sélection des cinq finalistes, le jury a particulièrement pris en compte les critères d’‘adaptive re-use’ et de ‘generosity of space’.

Le jury a également souhaité récompenser le travail d’un architecte émergent. C’est le bureau Toulousien Studio Bast qui a remporté ce prix avec l’extension d’une cantine d’école située à Montbrun-Bocage dans les Pyrénées françaises.

Les lauréats et les 40 projets retenus seront présentés à l’occasion d’une exposition qui débutera en mai à Barcelone et qui voyagera ensuite à travers l’Europe. Celle-ci s’installera au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles le 13 septembre prochain.

À lire également

Inscrivez-vous à notre newsletter