Publié le 22.11.2019 | Gerlinde Verhaeghe

Lina Bo Bardi est avant tout célèbre pour ses bâtiments iconiques au Brésil. C’est pourtant une surprenante collection de pièces de mobilier, à la base du parcours brésilien de Lina Bo Bardi, que présente l’expo Lina Bo Bardi Giancarlo Palanti, Studio d’Arte Palma 1948-1951 qui, après Milan et New York, s’installe au Design Museum Gent.

En octobre 1946, fraîchement mariés, Lina Bo Bardi et Pietro Maria Bardi quittent une Italie dévastée par la guerre et se lancent dans une traversée de Naples à Rio de Janeiro. Pour compagnons de voyage, ils emportent deux grands coffres pleins de tableaux, de meubles, de livres et d’objets d’art. L’importation et l’exposition d’art et de design italiens prend de l’ampleur au Brésil et, rapidement, la galerie Studio d’Arte Palma des Bardi s’établit dans la ville de São Paulo, alors en plein essor économique.

En plus de la vente de tableaux et d’objets à l’élite brésilienne, les Bardi et l’architecte Giancarlo Palanti montent un petit atelier en vue de créer des intérieurs et ce que Lina Bo Bardi décrit comme la première tentative de fabrication de meubles modernes au Brésil.

Bo Bardi et Palanti ont tous deux une expérience du milieu du design milanais et la ligne de mobilier qu’ils créent ensemble se manifeste par une surprenante rencontre entre le langage formel italien et les matériaux brésiliens locaux. De nombreux meubles se caractérisent par l’utilisation du cuir, de l’acier, de multiplex en bois locaux et par des nœuds en bois. Les créations n’en sont pas moins très différentes, ce qui invite à un petit jeu de devinette : Bo Bardi ou Palanti ?

Le Brésil marque Lina Bo Bardi, et cela se ressent dans les meubles qu’elle crée. Elle voit par exemple le hamac, qui servait à la fois de lit et de fauteuil sur les bateaux sillonnant les fleuves brésiliens, comme l’« instrument » idéal du repos grâce à son mouvement berçant et à sa forme qui épouse celle du corps. Le hamac a donc servi de référence pour une série de fauteuils du Studio d’Arte Palma composés d’une assise suspendue en cuir et d’un trépied fait de bois ou d’acier.

Lina articule sa vision de la structure dans la « roadside chair », une chaise qu’elle fabrique en liant trois branches verticales à la manière d’un tipi, et en fixant une quatrième branche horizontale sur un des côtés pour servir d’assise. Son approche pragmatique et ses lignes de construction claires ont un aspect architectural, ce qui fera dire à P.M. Bardi : « (…) Elle voyait de l’architecture dans chaque objet. J’en ai toujours eu conscience et j’avais compris que, pour Lina, le design, c’était de la construction comme en architecture. »[i]

L’exposition Lina Bo Bardi Giancarlo Palanti, Studio d’Arte Palma 1948-1951 au Design Museum Gent montre notamment des pièces de mobilier uniques venant du Brésil, réunies par Nina Yashar, fondatrice de la Nilufar Gallery à Milan. Space Caviar signe la scénographie et place chaque meuble sur un podium en brique.

[i] Traduit par l’auteur. Document, IB Archives, 1992 tel que cité dans Carboncini, A. & Zeuler, R.M. De A. Lima. (2018). Lina Bo Bardi. Giancarlo Palanti. Studio d’Arte Palma 1948-1951 (p. 18). Milan : Nilufar. « (…) She emphasized the architectural aspect of a piece of furniture. She saw architecture in every object. I have always been aware and understood that, for Lina, design meant construction as in architecture. »

Exhibition: Lina Bo Bardi Giancarlo Palanti, Studio d’Arte Palma 1948-1951
When: 25 October 2019 – 16 February 2020
Where: Design Museum Gent
Info and tickets: designmuseumgent.be

À lire également

Inscrivez-vous à notre newsletter