Le cycle de conférences ACROSS donne la parole à des architectes provenant des quatre coins de la Belgique et ayant fondé leur pratique durant ces dix dernières années. A l’occasion de cet échange, qui se déroulera à Anvers et à Liège, les orateurs abordent leur expérience de la pratique et les contextes physiques et sociaux spécifiques dans lesquels ils travaillent.

Le bureau Haerynck Vanmeirhaeghe Architecten viendra clôturer la saison, le jeudi 26 novembre à Liège. Retrouvez ici une courte interview avec les architectes expérimentés de ce très jeune bureau.

A+
Etiez-vous déjà associés avant de fonder Haerynck Vanmeirhaeghe en 2012?

Tijl Vanmeirhaeghe
Oui, j’étais associé avec Carl Bourgeois au sein de Barak. Mais Carl a opté pour un emploi de professeur à plein temps. Et je ne peux pas être architecte tout seul. Je trouve que l’on a toujours besoin de quelqu’un d’autre, comme caisse de résonance. Bert, qui travaillait chez Robbrecht en Daem, était ouvert à quelque chose de nouveau et c’est ainsi qu’après quelques rencontres fortuites, nous avons démarré avec deux concours.

A+
Vous êtes des architectes expérimentés mais à bord d’un très jeune bureau. Comment pouvons-nous imaginer ce fonctionnement?

Bert Haerynck
La plupart des bureaux qui existent depuis trois ans réalisent surtout des projets à petite échelle, comme des habitations unifamiliales ou des transformations, alors que le premier projet pour lequel nous avons remporté un concours était d’emblée un projet de longue haleine: deux écoles reliées dans intérieur d’îlot à Schaerbeek. Le projet doit seulement être réalisé d’ici 2017. Il s’agit d’une commande officielle en deux phases, pour que les enfants puissent continuer à fréquenter l’école durant les travaux. Ce n’est pas une maison que l’on termine en un an. Et nous remarquons que nous n’avons encore que peu de travaux à montrer, précisément parce que réalisons des projets assez importants.

Tijl Vanmeirhaeghe
Au cours de ce projet, nous avons découvert que nous pouvions lancer un bureau ensemble. Et cela se traduit dans les plans et les coupes: il n’y a rien à négocier, c’est un schéma très clair et pragmatique…

A+
Cette simplicité se retrouve aussi dans la maigre déclaration d’intention publiée sur votre site internet. Si vous êtes un bureau de peu de mots et de beaucoup d’action, pourquoi donnez-vous une conférence en novembre à Liège ?

Tijl Vanmeirhaeghe
Il est toujours bon d’affûter sa vision. C’est une occasion de réfléchir à notre propre travail. C’est pourquoi nous donnons aussi cours tous les deux. Cela vous fait avancer, ou vous envoie sur une autre piste.

Bert Haerynck
Les mots sont importants. On dit souvent que les dessins et maquettes sont le langage des architectes mais nous devons pouvoir expliquer à nos étudiants pourquoi quelque chose est bon (ou pas). De même pour les clients et entre nous. Cela joue aussi dans la formation à Gand: un projet doit être sous-tendu par des formulations et des motivations. On ne peut bâtir sa propre œuvre que quand on en a fait et qu’on continue à en faire l’analyse pour soi-même. Donner une conférence, ce n’est pas différent d’un autre projet, si ce n’est qu’on essaie de faire une synthèse de ces autres projets.

 

Conférence de Haerynck Vanmeirhaeghe architecten

Infos pratiques

26 novembre 2015, 19h
Langue: anglais / français
Galerie Opéra – Espace ULg, Liège

Choisissez A+More et ne manquez
plus aucune conférence !

Vous recevez une invitation pour 2 personnes pour toutes les conférences organisées par A+ à Bozar (min. 6/an)

Plus d'info

À lire également

Inscrivez-vous à notre newsletter