Publié le 21.04.2022

Les dalles alvéolées préfabriquées font partie du monde de la construction depuis déjà un temps certain. Logique, car elles sont très efficaces. Non seulement en termes de coûts, de temps et d’utilisation des matières premières, mais aussi au niveau de la construction.

Les dalles alvéolées sont autoportantes, ce qui signifie qu’elles n’ont pas besoin d’être étayées pendant le montage et le coulage éventuel de la dalle de compression, à l’exception des éléments longs en béton armé. Le résultat est un gain de temps énorme lors de la préparation de l’assemblage. De plus, la rigidité des éléments de plancher peut être augmentée en utilisant la précontrainte, ce qui permet d’obtenir de grandes portées avec des structures de plancher élancées. Le résultat est une efficacité structurelle élevée qui permet, d’une part, d’exploiter au maximum le volume du bâtiment et, d’autre part, de configurer et d’adapter librement les grands espaces ouverts. Cela garantit une longue durée de vie des bâtiments, ce qui est un élément essentiel de la construction circulaire. À titre d’exemple, les immeubles de bureaux peuvent être construits avec des éléments de 40 cm d’épaisseur et de 17,5 m de long, qui supportent la charge de façade à façade. La précontrainte nécessaire à cet effet est effectuée en usine, ce qui permet un gain de temps supplémentaire par rapport à la postcontrainte des dalles de plancher coulées sur place.

Les alvéoles dans les éléments de plancher permettent de réaliser des économies de béton de 30 à 50 % et des économies d’acier jusqu’à 30 % par rapport aux dalles de plancher massives coulées sur place. Cela permet non seulement de réduire l’empreinte carbone, mais aussi d’atténuer l’effet de toute augmentation du prix des matières premières. En outre, la conception efficace des éléments combinée à une méthode de production efficace se traduit par un prix de revient intéressant. Dans une usine, un meilleur contrôle des processus et de la qualité est possible par rapport à un chantier. Cela se traduit directement par une qualité élevée, qui est essentielle pour la stabilité, la sécurité et la durabilité des bâtiments. La certification volontaire BENOR offre à l’utilisateur une garantie suffisante que les éléments de plancher répondent en tous points aux exigences des normes applicables.

Malgré leur poids propre relativement faible, les dalles alvéolées peuvent contribuer efficacement au confort acoustique des immeubles d’habitation. La masse des éléments, la dalle de compression, la  couche de nivellement et les murs doivent être choisis judicieusement. Pour atteindre le confort acoustique normal de la version de conception 2017 de la norme NBN B S01-400-1 « Critères acoustiques pour les bâtiments résidentiels », une masse de 400 kg/m² est nécessaire pour le plancher porteur plus la couche de nivellement, selon le CSTC. Cela peut être réalisé avec des dalles alvéolées de 13 cm d’épaisseur, avec une dalle de compression de 4 cm et une couche de nivellement de 6 cm. Dans ce cas, les murs porteurs, y compris les murs de séparation entre les logements dédoublés, sont réalisés avec des blocs de béton creux. Les dalles de plancher sont interrompues à l’emplacement des parois de séparation entre les logements et une chape flottante est appliquée sur une couche de réduction des vibrations. Dans les immeubles d’habitation, une chape flottante est toujours nécessaire, même pour les dalles de plancher massives coulées sur place. Le confort acoustique augmenté est réalisable avec une masse de 550 kg/m², ce qui est possible avec des dalles alvéolées de 15 cm d’épaisseur avec une dalle de compression de 6 cm et une couche de nivellement de 8 cm. Lorsque des blocs de béton pleins sont utilisés, l’épaisseur du plancher peut être réduite de quelques centimètres. A titre d’information, une nouvelle version du NBN B S01-400-1 sera publiée dans le cours de l’année 2022.

Enfin, les dalles alvéolées ont également leur place dans une stratégie efficace de sécurité incendie. Depuis 1966, plus de 160 essais d’incendie ont été réalisés dans le monde entier avec des dalles alvéolées, ce qui a permis de connaître et de documenter les dommages potentiels causés par le feu. Grâce à la structure environnante, à la dalle de compression éventuelle et aux détails de pose spéciaux, on obtient un plancher qui se comporte de manière robuste en cas d’incendie. Les modèles de calcul de la NBN EN 1168 + NBN B 21-605 conduisent à une prévision sûre de la résistance au feu. Il n’existe d’ailleurs aucun cas pratique connu où des dalles alvéolées se sont effondrées structurellement dans la limite de résistance au feu exigée.

www.febefloor.be.

À lire également

Inscrivez-vous à notre newsletter
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

A+ vous offre son prochain numéro !