Publié le 16.03.2021 | Texte: Élodie Degavre | Photos: Séverin Malaud

« Vous pourriez m’apporter une pièce supplémentaire, s’il vous plaît ? » Voilà ce qu’on aurait aimé demander, alors que le confinement nous amenait à reconsidérer la qualité de nos logements. Un espace en plus, livré par camion, à déposer derrière chez soi, ça oui, ce serait commode. Avec Fétis, AUXAU – Cédric Callewaert et François Vliebergh – dépasse le fantasme et complète, avec poésie, un portfolio déjà cohérent.

Il fait nuit. Un convoi exceptionnel se fraye un chemin dans la rue Fétis. Quelques curieux s’amassent. L’architecte a des sueurs froides. Sur le camion se trouve l’extension de sa maison : elle arrive en une pièce, on la sangle, on la hisse. Elle se glisse entre les murs de jardin et se cale, intacte, contre la façade. En un seul geste, cette tôle pliée de 5 mm, dont la finition se suffit à elle-même, requalifie habilement le rapport entre maison et jardin.

Quinze ans plus tôt, dans la région liégeoise, une scène similaire : un camion livre, en quatre morceaux, la maison Dejardin, conçue par Pierre Hebbelinck. Immortalisé par Marie-Françoise Plissart, le montage de ce cube en acier fait forte impression sur les architectes belges. Le voisinage, lui, s’étrangle : Maurizio Cohen le relate dans Métal hurlant (A+192). Depuis cet épisode, indissociable du tournant culturel de l’architecture francophone, on a fait du chemin : à peine la coque imaginée par AUXAU a-t-elle éveillé la curiosité du quartier.

Moins de remous, et pourtant, la force conceptuelle des deux projets est similaire. Leur iconographie fascinante, qui intègre pleinement la logistique du montage, résonne. Mais ce n’est pas la seule parenté : derrière ces constructions peu conventionnelles se cache un même nom : Melens et Dejardin, une chaudronnerie familiale qui propose ses services aux artistes et aux architectes. Toujours avec la même imagerie impressionnante : de grands objets finis transportés par camion, montés en un temps record. Un jeu d’enfant.

L’architecture s’accommode bien de ce type de narration, qui n’est pas nouveau. Pour s’en convaincre, il faut aller revoir les petites architectures parasites, affectionnées dans les années 1960, à l’instar de la bulle pirate de Marcel Lachat, accrochée clandestinement sur la façade d’un HLM. Ou encore l’habitat industrialisé léger, vedette des années 1970, y compris sur le sol belge : on retiendra les cabines habitables en acier imaginées par Jean Englebert pour relancer l’industrie wallonne. Fétis semble partager, avec ses aînés, un penchant pour le caractère poétique, lisible et ludique d’une architecture à même de sensibiliser le grand public.

Destinées à répondre à des problématiques sociales, ces expériences du passé, détournant des matériaux destinés à d’autres secteurs, sont restées à l’état de prototype, faute d’avoir démontré leur caractère reproductible. Car derrière une efficacité apparente se cache un travail d’orfèvre qui force l’admiration, mais qui est peu compatible avec l’industrie. AUXAU n’a pas cédé à la tentation de la série et assume que Fétis, au même titre que d’autres projets de leur portfolio, relève de l’artisanat. Même si le bureau a déjà à son actif quelques éléments préfabriqués en acier, ici c’est la nature de l’opération qui est reproductible, et non pas l’objet. À ce titre, Fétis s’ajoute à la production déjà cohérente du bureau. Celle-ci s’appuie sur la recherche de la compacité par l’enchevêtrement de fonctions, l’ajout mesuré de matière, l’insertion d’espaces extérieurs dans des environnements denses ou encore des microarchitectures pour s’extraire du quotidien. Une ligne de conduite confortée par la crise sanitaire, qui ne fait que révéler, de façon criante, l’urgence de tous ces besoins. Alors, cette pièce en plus, vous me la livrez quand ?

Architect Auxau atelier d’architecture
Website auxau.com
Official project name Fétis
Location Etterbeek (Brussels)

Programme Transformation of a small house: extension at the rear façade
Procedure Direct commission
Client Private

Lead contractor Melens Dejardin (steel structure)
Structural engineering Util struktuurstudies
Completion July 2019

Total floor area 240 m2
Budget € 360,000 (excl. VAT and fees)

À lire également

Inscrivez-vous à notre newsletter