Publié le 17.11.2020 | Texte: Élodie Degavre | Photos: Séverin Malaud

A+286 Structure & Reuse

Cet article est disponible dans son entièreté dans A+286 Structure & Reuse. Commandez votre exemplaire ou abonnez-vous à A+ pour ne manquer aucun numéro !

L’habitation personnelle d’un architecte est souvent un formidable terrain de jeu. Dans ce champ d’expérimentation inespéré peuvent naître de nouvelles convictions, qui finiront par infléchir sa pratique : c’est le chemin pris par AgwA avec la transformation d’un entrepôt en logement, rue Verbiest.

À l’origine, il y avait un entrepôt isolé au milieu de la plaine qu’était Molenbeek. Un plein, au milieu du vide. Le statut de cette grange bascule lorsqu’un îlot l’englobe dans les années 1950 : c’est aujourd’hui un squelette vide, au cœur du plein.

Avant de nous pencher sur cette destinée inversée, revenons en arrière. Nous sommes chez AgwA, en 2018. Dehors, on scande « claim the climate ». Incrédules, les architectes voient leurs enfants descendre dans la rue. Soucieux de les comprendre, Harold Fallon se renseigne. Les graphiques, camemberts et autres prévisions percutantes sur les émissions de co2 lui donnent le vertige et l’envie d’agir. La valse des tableaux Excel commence, dans le but de prendre enfin la réelle mesure, dans tout ça, de l’acte de construire. De comparatif en comparatif – maison passive, construction neuve, rénovation… –, la conclusion tombe : et si, plutôt que d’emballer nos bâtiments dans du polyuréthane, on rénovait le plus légèrement possible des édifices existants, tout en réduisant de 50 % le volume chauffé ? Les calculs l’étonnent lui-même : cette solution arrive en tête des actes constructifs les moins énergivores. L’achat, à titre personnel, de l’entrepôt à Molenbeek devient une occasion de remettre en question, en vrai, tous les automatismes.

Pour commencer, celui de l’usage du béton, matériau énergivore par excellence. À Molenbeek, le diagnostic de l’ingénieur est alarmant : la structure en béton de l’édifice menace de s’effondrer sous son propre poids. Impossible de la conserver telle quelle, il faudrait enrober les poutres avec du béton neuf. C’est non. Apparaît alors une solution contre nature : et si ce vieux squelette se voyait doté de jambes de bois ? L’équipe s’engage sur cette piste, mais très vite c’est l’impasse : il faudrait fonder ces piliers… sur du béton. Les méninges chauffent. Les jambes de bois s’appuieront finalement au rez-de-chaussée sur les fondations existantes, formant les grandes obliques qui habitent l’espace aujourd’hui. Restait à résoudre la portance insuffisante des hourdis : par la juxtaposition de gîtes, de grandes dalles en bois sont créées. Elles pontent les sols existants et font office à la fois de structure et de finition. Une fois le spectre du béton éloigné, il reste celui des autres matériaux : certains seront récupérés sur d’autres chantiers d’AgwA. Une démarche d’exception que l’on aimerait voir se répandre, et dont les architectes, bien placés sur ce circuit, pourraient un jour être les chevilles ouvrières.

[…]

Architect AgwA
Website www.agwa.be
Official project name Verbiest

Location Rue Jean Verbiest, Molenbeek
Programme House and workshop in an old warehouse
Procedure Direct commission

Client Evelia Macal, Harold Fallon
Lead contractor Revgroup
Landscape architect Denis Dujardin
Completion July 2020

Total floor area 610 m2
Budget € 450,000 (excl. VAT and fees)

À lire également

Inscrivez-vous à notre newsletter