Publié le 20.05.2020 | Cécile Vandernoot

Prélever de la matière pour créer de nouvelles spatialités a exigé une connaissance fine de l’Espace des Arts de Chalon-sur-Saône. Transformé par l’Atelier d’Architecture Pierre Hebbelinck et l’atelier HBAAT (Heleen Hart, Mathieu Berteloot), il est devenu un outil dément, tant spatialement que stratégiquement avec ses partenaires culturels.

Reprenant les mots de l’historien Marcel Otte sur la construction décrite comme un acte violent à la matière et à la mémoire, Pierre Hebbelinck soutient que « le chantier est une blessure ». Il en tempère néanmoins les effets car « au travers du récit de l’architecture, il faut pouvoir juger de la capacité à évoluer, à ne pas figer la spatialité ». Comment s’y prendre concrètement quand un édifice est inscrit au patrimoine du 20e siècle en 2009 et classé monument historique en 2013 ? « On cherche à ce que chaque choix fasse sens. »

Répondant au programme ambitieux du ministre Malraux, cette Maison de la culture a été construite dans le quartier de Saint-Cosme en 1971 par l’architecte urbaniste lyonnais Daniel Petit. Elle devient Espace des Arts (EDA) en 1984 et poursuit sa destinée de « machine à cultiver ». Convaincu que pour renforcer la politique de création il faut passer par sa restructuration, son directeur actuel, Philippe Buquet, met dix ans pour concrétiser un montage financier. Le président de l’Agglomération, Sébastien Martin, lance un concours en 2015 et la mission de « modernisation » est confiée aux ateliers belge et lillois. [1] Les archives dénichées dans un garage par Richard Klein, qui rejoint l’équipe pour une étude historique approfondie, vont être un réel appui pour évaluer avec justesse l’opportunité et l’étendue de l’opération de transformation.

Les plans d’esquisse, notamment, vont révéler les intentions initiales de l’architecte qui, à une époque où la voiture devient sacrée, se voit contraint de surélever l’édifice pour placer un parking au rez-de-chaussée. Soutenus par la maîtrise d’ouvrage, les auteurs parviennent à un arbitrage « incisif » de leurs interventions pour que la métamorphose du programme renforce de nouvelles spatialités au profit des publics et de la relation avec la ville. « Incisif », car la majorité du travail s’avère une soustraction de matière. Rappelant la radicalité de Gordon Matta-Clark, quatre grands gestes de retrait fondent le nouveau projet de l’EDA : 1. Le démembrement des escaliers extérieurs et le percement du plafond du rez pour que l’entrée soit à même le parvis et qu’un nouvel escalier intérieur mène au foyer ; 2. La découpe du plafond de la rotonde pour la mettre à niveau avec le parvis et amplifier ce lieu de convivialité ; 3. Le démantèlement des grands podiums de 80 cm subdivisant le foyer et le patio pour assurer une continuité des sols ; 4. La démolition de la colonnade dans la grande salle pour qu’elle profite de son ampleur maximale, modifiant son rapport à la scène et la courbe de visibilité.

Le symbole de ce chantier colossal devient la lame circulaire qui fend les éléments d’ossature et disque les vastes surfaces de béton. Engagés politiquement à construire à moindre coût (850 euros du m2), les architectes n’ont pas limité leur arbitrage aux seuls prélèvements de matière : pour libérer des capacités financières, il a fallu remanier l’ensemble des budgets et, entre autres, faire l’impasse sur le parachèvement. Pas de cautérisation là où les démolitions sont visibles en faveur des manipulations entre fonctions (bureaux régie, ateliers, loges, espaces de création, etc.) afin que l’usage des publics de l’EDA soit sa réelle valeur ajoutée.

[1] Ils réalisent ensemble la restructuration d’une usine des frères Perret à Montataire en 2017 (A+ 273) et le Centre Pompidou provisoire à Maubeuge, avorté en 2015.

Architect Atelier d’Architecture Pierre Hebbelinck – Hart Berteloot
Website pierrehebbelinck.nethbaat.fr
Official project name Espace des Arts

Location Chalon-sur-Saône, France
Programme Renovation and modernization of the National Scene of the Espace des Arts in Chalon-sur-Saône

Client Le Grand Chalon
Lead contractor Verdi – Ingex (Opc)
Structural engineering Verdi
Services engineering Verdi

Acoustics Khale Acoustics
Completion September 2018
Total floor area 15,647 m2
Budget € 7,300,000 (excl. VAT and fees)

A+276 Building Sites

Commandez votre exemplaire ou abonnez-vous à partir de 59 € / an !

À lire également

Inscrivez-vous à notre newsletter