Publié le 21.10.2021 | Texte: Chloë Raemdonck | Photos: Ville de Gand

A+290 Domesticating Public Space

Cet article est disponible dans son entièreté dans A+290 Domesticating Public Space. Commandez votre exemplaire ou abonnez-vous à A+ pour ne manquer aucun numéro !

Depuis peu, quand on se promène sur les anciens quais à Gand, on peut constater que le parc Capitaine Zeppos récemment aménagé est un succès. Bien qu’initialement conçu comme parc de quartier, il attire aujourd’hui des habitants de toute la ville.

La combinaison unique de l’eau avec sa flore spécifique et du patrimoine industriel fait de ce site un véritable must. La structure logique des allées, les plantations à l’apparence parfois nonchalante et les reliques historiques bien choisies donnent à l’ensemble des allures organiques. C’est comme si le parc avait soudain surgi après le départ des derniers négociants en bois.

Mais rien n’est moins vrai ! Le parc Capitaine Zeppos doit son succès à une vaste série de pré-études, à un grand savoir-faire et à l’engagement social de la Ville de Gand.

Le parc Capitaine Zeppos se trouve sur le Houtdok, le quai au bois, construit en 1880 principalement pour le transbordement de bois scandinave. Au milieu du 20e siècle, le port s’est déplacé au nord de Gand et d’autres industries se sont établies sur les Oude Dokken. Face à l’expansion constante de la ville, la situation est cependant devenue intenable. Les terrains autour des anciens quais ont donc été systématiquement récupérés par la Ville de Gand dans l’optique d’un nouveau projet de développement urbain.

En 2005, Office for Metropolitan Architecture (OMA) a réalisé un master-plan pour l’ensemble du site. À la hauteur du Houtdok, il prévoyait un élément d’accentuation en hauteur. Lorsque le master-plan fut converti en PSA, il s’avéra que les habitants étaient dans l’ensemble en manque d’espaces verts.

La Ville de Gand ne pouvait pas se lancer à la légère dans le développement de ses Oude Dokken. Une étude historique du patrimoine existant, une étude biotique de la faune et de la flore, des études relatives à l’usage récréatif… tout cela devait faire la lumière sur le développement du domaine public dans ce nouveau quartier de la ville. Le service Espaces verts de la Ville s’est basé sur ces analyses.

Le parc Capitaine Zeppos s’enroule comme une maison autour du Houtdok. Juste au-dessus du niveau de l’eau, la promenade rejoint un parcours de cinq kilomètres au fil des quais. Elle est intégralement accessible grâce à une pente en zigzag qui démarre à l’entrée du parc et longe les arcades historiques.

Ces arcades ont été restaurées en tenant compte de la flore spécifique du lieu. Les murs sont en effet très appréciés par la fougère mâle, la rue des murailles, mais aussi par le cétérach officinal, plus rare. Pour assurer la sécurité et la durabilité, le bas des arcades a été consolidé avec de l’acier Corten. La couverture historique en pierre bleue a été restaurée et complétée pour éviter que l’eau et le gel n’endommagent les arcades.

Le luxueux et large sentier passe par les reliques du passé portuaire : les anciens soubassements en pierre naturelle des hangars à bois, les voies ferrées et la grande grue Sobemai ST1. Cette dernière constitue l’élément en hauteur que prévoyait le master-plan d’OMA. Entre le sentier et l’eau, des pavés à joints ouverts confèrent à l’ensemble un cachet historique tout en veillant à ce que le cycliste distrait soit prévenu à temps, pour lui éviter le grand plongeon. Le mobilier du parc, lui aussi, a un lien avec le passé : de grands pilotis – appelés ducs-d’Albe en langage de marins – ont été récupérés pour faire des bancs, et à hauteur de la plaine de jeux, des poutres de bois empilées servent de gradins.

À la tête du quai se trouve une zone de plage. Celle-ci est séparée de l’eau par une végétation de marécages et par un ponton de la promenade, pour dissuader la baignade interdite (pour l’instant) en raison de la qualité de l’eau.

Grâce à une gestion forte du projet, le savoir-faire qui existait dans la ville même a pu être transposé en un beau résultat. La restauration des arcades et des vestiges historiques a été suivie par le service des Monuments, et l’éco-conseiller de la Ville a également été impliqué de près dans les travaux. Le résultat démontre que la sous-traitance des projets n’est pas une condition sine qua non pour obtenir de la qualité.

Mais d’où le parc Capitaine Zeppos tire-t-il son nom ? Au terme d’une démarche participative, il a été décidé d’utiliser des références maritimes pour les toponymes du nouveau quartier : par exemple les ponts Batavia et Matadi, qui évoquent de grandes villes de commerce, et la Kompasplein (place de la Boussole), dont les premiers bâtiments ont récemment été inaugurés. Pour les parcs et les zones vertes, les noms retenus sont ceux de marins fictifs. Pour certains, le Capitaine Zeppos fait partie de la mémoire collective. Quant aux autres, ils pourront découvrir une réplique de sa célèbre voiture amphibie, l’Amphicar, dans la plaine de jeux du parc.

Landscape architect Stad Gent Groendienst
Website stad.gent
Official project name Kapitein Zeppospark
Location Houtdok, Ghent

Programme Park and landscaping: quay wall renovation, foot and bike path around the docks on the street and water level, marsh and beach area, vantage point, fitness area, sports cage (soccer + basketball), two play areas for children.

Procedure Direct commission
Client Stad Gent (park), De Vlaamse Waterweg – Sogent (quay renovation)
Lead contractor Ghent Dredging (park) Hye (quay renovation)

Structural engineering Studiebureau Lobelle (park) SBE (quay wall renovation)
Completion June 2020
Total floor area 31,500 m2
Budget € 5,500,000 (excl. VAT and fees)

À lire également

Inscrivez-vous à notre newsletter