Publié le 19.04.2021 | Texte: Bart Tritsmans | Photos: Michiel De Cleene

A+289 Rediscovering Craftsmanship

Cet article est disponible dans son entièreté dans A+289 Rediscovering Craftsmanship. Commandez votre exemplaire ou abonnez-vous à A+ pour ne manquer aucun numéro !

Schenk Hattori Architecture Atelier a construit un pavillon d’accueil pour la zone naturelle De Palingbeek, près d’Ypres. Les architectes ont conçu le bâtiment à la manière d’un paravent qui structure le paysage et dissimule la chaotique situation existante. L’élégante construction en bois, simple en apparence, est le reflet d’un professionnalisme de grande précision et constitue une intervention spatiale subtile: lieu de rencontre, escale en cours de randonnée, promesse d’un paysage.

Les cimetières et mémoriaux de guerre du Westhoek rappellent l’histoire de la région. Point stratégique pendant la Première Guerre mondiale, le Palingbeek possède également des antécédents de projets d’infrastructure ratés. Le Palingbeek est en effet tout ce qu’il reste d’un canal creusé à partir de 1864 et dont les berges n’ont cessé de s’ébouler. Aujourd’hui, la région est une destination très prisée des randonneurs et des cyclistes. La route du Palingbeek se promène à travers les bois, les prairies verdoyantes, les marécages et les vergers. La Province de Flandre occidentale a confié́ au bureau d’architectes belgo-japonais Schenk Hattori la mission de construire un pavillon d’accueil permettant aux visiteurs de s’orienter seuls dans l’environnement.

Les premiers perce-neige ont surgi dans le talus et les oiseaux gazouillent dans le pâle soleil hivernal. Plus loin, sur le parking de la réserve naturelle, le silence règne. De loin, on ne distingue pas immédiatement la forme exacte du pavillon. La structure basse et sombre ressemble à un long mur séparant le parking de la nature environnante. En approchant, on remarque que le pavillon semble constitué d’une charpente en bois surmontée d’un toit en roofing ; les rayons diffus du soleil pénètrent sous la toiture et éclairent par l’arrière la construction en bois.

Soudain, des aboiements viennent rompre le silence et ramènent l’attention sur tout ce qui se trouve autour du pavillon. Servant à la fois de cafeteria et de conciergerie, flanqué de divers cagibis et d’une cuve à mazout blanche, un bâtiment

bas aux mornes briques peintes en gris est caché derrière le nouveau pavillon. C’était la première ambition de la double vocation du pavillon: dissimuler ce qui se trouve à l’arrière et créer une transition entre le caractère collectif de la zone naturelle et l’espace privé de la conciergerie. Tel un shōji, cloison en bois et papier typique des constructions japonaises traditionnelles, le pavillon de Schenk Hattori crée une séparation visuelle et une protection contre les intempéries, tout en permettant aux bruits, aux ombres et aux rayons du soleil de le traverser. La seconde ambition était de structurer le paysage et de créer un lieu de rencontre. À mesure que l’on s’approche, la dimension « séparation » du pavillon change. La forme subtilement concave attire le visiteur, le sentier devient abrité, le paravent prend de la profondeur ; cette profondeur a permis d’installer un espace contenant des casiers verrouillables et une série de niches avec des informations pédagogiques sur la zone naturelle, l’histoire, la faune et la flore.

Ce pavillon est le premier bâtiment public de Schenk Hattori Architecture Atelier. «Le projet est la traduction visible de ce que nous expérimentons déjà̀ depuis cinq ans dans notre bureau », explique Steven Schenk. L’ossature en bois définit l’esthétique, la construction et la stabilité́ de l’édifice. L’idée d’interpréter l’architecture du bâtiment des années 1970 ou de dissimuler la construction en bois sous un habillage en lin a été abandonnée au bénéfice d’une apparence plus authentique, plus primitive, poursuit Steven Schenk. Le principal était que l’objet fonctionne comme un ensemble, « comme un élément s’étirant en longueur et conférant au paysage une certaine échelle ».

Architect Schenk Hattori Architecture Atelier
Website schenkhattori.com
Official project name Entrance Pavilion Palingbeek
Location Palingbeekstraat, Zillebeke

Programme Information and access point of the nature reserve and World War I memorial site Palingbeek
Procedure Competition on invitation
Client Province of West Flanders

Lead contractor Arthur Vandendorpe
Landscape architect Blauwdruk Stedenbouw (protected landscape)
Public realm Schenk Hattori Architecture Atelier
Structural engineering Tandem Ingenieurs

Completion January 2021
Total floor area 280 m2
Budget € 255,000 (excl. VAT and fees)
Product / Supplier VC Wood (wood)

À lire également

Inscrivez-vous à notre newsletter