Publié le 21.03.2018 | Nina Closson

12 ans après At Work, publication dans laquelle le bureau installé à Rotterdam livre sa méthode de conception à travers une analyse approfondie, Ornament and identity décline les différentes formes d’expression développées par les architectes au gré de leur expérience à travers une trentaine de projets.

L’ouvrage expose des éléments constructifs présentés indépendamment de leur contexte, déclinés ensuite sur les projets dans leur globalité. Les bâtiments aux apparences hétéroclites se succèdent au fil des pages où s’exposent diverses ornementations qui constituent pour les architectes une part de l’identité des réalisations. Face aux façades sobres et abstraites prônées par Adolf Loos, le bureau hollandais use de l’ornementation comme part de son langage. Dans ce vocabulaire ; le plan, la section et l’élévation ne se construisent pas forcément sur le principe directeur d’une correspondance linéaire mais évoluent individuellement.

La question se pose aussi de l’enjeu de la forme architecturale pour transcrire des besoins, et de la perméabilité de l’enveloppe au public. La vie interne à l’édifice doit-elle transpirer par la façade ? Tout l’enjeu est de savoir comment construire un bâtiment à l’image de l’identité du lieu dont il s’approprie une partie de l’espace public sans pour autant devenir le cliché de celui-ci.

Manifeste contre l’uniformité dans l’expression architecturale globale, la publication manque cependant du recul qu’un avis extérieur aurait pu poser sur les réalisations du bureau dont les choix sont justifiés théoriquement par ce dernier à travers une introduction conceptuelle.

À lire également

Inscrivez-vous à notre newsletter